Rechercher

Ca remonte le long de la Sicile

Dernière mise à jour : 28 août

Après une journée de repos à Trapani, nous voilà prêts à repartir en longeant la côté sicilienne.

Nous avons fait un bord au moteur afin de dégager la pointe de Trapani et nous voilà ensuite sous voile pour remonter jusqu'à Castellammare del Golfo, nous profitons de conditions clémentes qui nous offre un joli bord sous 15 noeuds de vent.

Une fois en approche de la baie, nous posons l'ancre à San Vito Lo Capo. L'eau est limpide malgré les 5 mètres de fond nous voyons clairement le fond sableux qui va nous assurer un bon mouillage. C'est une belle baie, avec un joli décor qui est pris d'assaut par les plagistes mais à l'heure du dîner, la baie nous appartient !

La nuit n'a malheureusement pas été reposante... une belle houle de travers nous a bercé de manière un peu virulente.




Il en faut plus pour entacher notre moral, le lendemain c'est grand beau temps et une petite étape jusqu'à Palerme. Bizarrement chaque membre de l'équipage a eu le droit à son moment de sieste.

Eole est toujours des nôtres et nous offre une jolie navigation jusqu'à la découverte au loin d'une d'une très grande ville ! Nous apercevons de grands cargos et plusieurs marinas.

Nous souhaitions être installés au port pour refaire le plein d'eau après nos 4 jours sans ravitaillement car avec la chaleur nous buvons plus de 3L / personne / jour.

En Sicile, les places de port sont compliquées à obtenir il faut réserver à l'avance et les prix n'ont rien à voir avec les prix de l'Atlantique.

La disponibilité fait que nous posons nos amarres dans le quartier d'Arenella et ce n'est pas pour nous déplaire. Nous profitons de l'escale pour faire les courses, vider les poubelles, faire le plein d'eau, recharger les batteries du bateau et les nôtres.

D'ailleurs les batteries du bateau bénéficient désormais d'une nouvelle source d'énergie grâce à l'éolienne qui a été réparée.





Le lendemain, Eole est toujours de la partie pour notre plus grand plaisir et nous voilà en route pour Cefalù ! 10 noeuds, 15 noeuds, 20 noeuds, de quoi bien nous faire profiter et le tout toujours sur un bord, du grand confort !

On devait être au mouillage mais finalement une place de port nous a été proposée, on en profite mais nous sommes un peu échaudés. 110€ la nuit, pas de douche, de laverie mais une navette gratuite pour nous amener en ville. La ville est superbe avec une belle cathédrale qui est un édifice normand fortifié, les rues sont étroites et pleines de charme ainsi que les maisons de pêcheur.

Cependant la ville est prise d'assaut par les touristes et pour nous qui avons croisé peu de monde depuis notre départ, nous sommes surpris.

Nous rentrons à pied au port et on profite de la nuit qui tombe doucement, du phare qui commence à éclairer et du calme du port car demain grande navigation pour se diriger vers les îles éoliennes !




Eole n'est pas d'humeur aujourd'hui, nous passons la journée au moteur pour aborder les îles.

De loin, nous commençons à distinguer les îles et surtout la forme des volcans !

Nous posons l'ancre sur une des 3 îles les plus importantes, appelée Vulcano.

Nous trouvons un mouillage superbe dans une jolie baie, bien abritée, le paysage est verdoyant, la nature domine mais au milieu de tout ça un bar. Ce bar apporte son charme car en soirée, le patron appelle avec son mégaphone les marins à venir à boire un coup.

Nous nous sommes endormis sagement après avoir été piquer une tête...quand à 4h du matin les yeux éblouis par les éclairs nous nous sommes réveillés par un orage très étrange, du vent, des éclairs très très fréquents, un tonnerre très puissant mais pas de pluie.



Ca a duré une bonne demi-heure et nous avons repris notre nuit.

Le lendemain nous avons fait un autre mouillage à Vulcano afin de mieux voir le volcan et les fumerolles. Ce mouillage pour la pause déjeuner était top pour faire une escale à terre et se balader, faire trempette dans l'eau laiteuse à cause du souffre et d'ailleurs ça sent !





Pour la nuit nous avons mouillé à Lipari face aux anciennes mines de pierre ponce. Un superbe environnement, en plus la mer était très calme et le vent en baisse avec la nuit tombante. En fin de repas, des orages ce sont formées autour de nous, ça a été l'occasion de faire des photos des éclairs. Et une fois ces orages éloignées, le ciel était clair avec un maximum d'étoiles.

Sur le matin, un coup de vent nous est tombé dessus, il a été intense mais très bref.

Une fois le calme revenu, nous avons pris la mer et nous apercevons des OFNI (Objet flottant non identifié). Après une analyse rapide... c'est de la pierre ponce naturelle qui avec la forte pluie est tombée des roches de l'île. Ni une, ni deux, c'est parti pour une pêche à la pierre ponce... à nous les pieds doux!




Une fois notre pêche finie, nous voilà parti pour un nouveau mouillage sur l'île de Salina et pour changer encore un magnifique mouillage !!! Faut le dire on est chanceux !

Nous avons débarqué pour découvrir cette petite ville bien vivante, une glace, une balade, la découverte d'une rue avec plein d'artisans et nous hop on reprend l'annexe pour rentrer à bord.

La nuit a été calme, pas un orage en vue! En pleine forme, le lendemain nous avons fait le tour de Salina et nous avons longé Vulcano par le côté non visité par nos soins.

Ce petit détour a un but de visite mais également pour bénéficier du vent et essayer le spi symétrique. Nous voilà en pleine préparation, montage et ..... c'est une superbe réussite! Il y a quelques ajustements à faire car certains appuis ne sont pas optimisés. Nous avons navigué plusieurs heures avec, jusqu'à ce que le vent monte à plus de 16 noeuds et qu'au loin un gros nuage se présente. Nous avons affalé le spi et soudain au large... une trombe d'eau!



Nous avons changé de cap pour s'éloigner au maximum de ce phénomène et rejoint le port de Milazzo.




C'est la dernière escale pour l'équipage qui a embarqué à Cagliari en Sardaigne. Pour cette dernière soirée nous voilà parti au restaurant et afin de rincer l'équipage et Alaïa un dernier orage nous a rejoint. Le sol du restaurant a été littéralement mis sous l'eau et une pensée nous a traversé l'esprit.... les capots du bateau ! Pas loupé, Alaïa est trempé dehors et aussi dedans mais rien de grave, une séance de nettoyage effacera les dommages. C'est ça de vivre sans pluie trop longtemps, on oublie que ça mouille ;)


Dans 2 jours arrive 2 nouvelles équipières pour de nouvelles découvertes. Alors à très vite pour vous raconter la suite.











168 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout